Depuis de nombreuses années, et notamment avec l’avènement du commerce en ligne, les services de livraisons ont du faire évoluer leurs méthodes de fonctionnement pour convenir à un public exigeant, et pouvoir respecter des délais d’acheminement toujours plus courts. D’où sont-ils partis et vers où se dirigent-ils ? Il est temps de se pencher sur un début de réflexion.

L’avènement du numérique ?

Qu’il est loin, le temps où seul La Poste avait le monopole du service postal. Désormais, nous devons composer avec des tiers, comme UPS, Fedex ou encore Mondial Relay. Plus compétitifs, plus rapides et surtout avec une couverture géographique de plus en plus grande : ce sont eux qui dominent le secteur.

Il faut dire qu’avant, il n’était pas simple pour ces professionnels de proposer une concurrence solide aux traditionnels facteurs. Ces derniers utilisant les Pass PTT, l’accès aux résidences pour délivrer des plis et colis est forcément beaucoup plus pratique. Et malgré l’innovation technologique par badge qu’a apporté le système Vigik (ouvert à beaucoup plus de tiers), il faut bien avouer qu’à l’heure actuelle, rien ne détrône les bonnes vieilles clés physiques.

En effet, si les résidences des locataires sont plus facilement accessibles par des professionnels, les boîtes aux lettres, elles, le sont beaucoup moins. Ainsi, il n’est pas rare de devoir programmer des livraisons en fonction de son jour de repos, ou encore de se voir gratifier d’un fade avis de passage avant d’aller récupérer le précieux butin… Chez La Poste ! Une ironie bien sentie.

Services de Livraisons : quelles innovations pour l’avenir ?

En somme, et si l’évolution technologique est bel et bien là, il faudra patienter encore un peu avant de laisser nos chères boîtes postales s’ouvrir aux mains de tous. Une des raisons principales étant la suprématie de La Poste qui reste, malgré un statut juridique flou, un service public sous couvert de l’État.

De plus, utiliser le numérique pour des choses aussi importantes que les données postales n’est pas forcément une excellente idée, puisque même de solides inventions (comme le Vigik, entre autre) commencent déjà montrer des signes de faiblesses faces aux attaques pirates. Preuve en est qu’il ne serait pas forcément judicieux d’équiper les boîtes ou batteries de boîtes de systèmes électroniques. En effet, les préjudices causés en cas d’infractions seraient beaucoup plus aggravants, notamment au sein de résidences accueillants de nombreux locataires.

Pour résumer, même si les outils numériques ont permis de faciliter les conditions de travail des professionnels de la livraison, il reste encore du chemin avant de trouver une méthode aussi sécurisée que le trousseau de clés du postier. Nous y arriverons un jour, c’est certains, mais pour l’heure, il est préférable de réfléchir à des outils mieux pensés et plus ergonomique pour les utilisateurs, comme les professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *