waintingman.fr

Ce n’est pas nouveau, l’avènement du E-Commerce a modifié considérablement nos méthodes d’achats. Entre le temps d’avant où le consommateur partait, toute voile dehors, arpenter les magasins afin de dénicher la bonne affaire et aujourd’hui, force est d’admettre que les habitudes ont bien changées. Avec cette ère nouvelle est également apparu un tout nouveau enseignement : celui de la patience ! En effet, entre acheter un article en présentiel au sein d’une boutique, et commander d’un clic pour ensuite se poster face à sa boîte aux lettres, il y a une marge plutôt conséquente. Au final, sommes-nous vraiment gagnants dans cette histoire ?

E-Commerce : une affaire de confort !

waintingman.fr

Il y a tout juste vingt ans, il paraissait normal de sortir de chez soi afin d’aller à l’encontre des commerçants de sa ville afin de faire ses emplettes. Peu importe le produit acheté (alimentaire, électronique, culturel et bien d’autres), aller faire ses courses était une habitude, presque traditionnelle, chez la plupart des ménages. D’ailleurs, il fallait souvent y consacrer une après-midi, voire une journée entière, notamment pour arpenter les centres commerciaux. Ces derniers, toujours désireux de satisfaire et d’attirer plus de clients, ont travaillés depuis de nombreuses années à tout regrouper au sein d’une même zone commerçante. Mais cela, c’était avant le E-Commerce !

Internet était déjà là en ce temps, bien que moins populaire et moins démocratisé. Beaucoup de craintes planaient alors sur ce modèle de communication, et les premiers achats de ce qui allait bientôt porter le nom d’E-Commerce étaient effectués par des explorateurs désireux de voir si ce système pouvait en effet améliorer le quotidien. Avec les années, et après plusieurs couacs industriels, la nouveauté était bel et bien là : on peut effectivement acheter des choses sur Internet. Si, aux prémices, les articles concernés sont essentiellement des matériels informatiques,  cela était amplement suffisant pour prouver la fiabilité des achats dématérialisés au monde.

Le E-Commerce a bousculé bien des habitudes, faisant la concurrence rude aux commerces locaux !

Depuis, même si les magasins ne désemplissent pas, acheter en ligne est devenu une habitude d’achat tout à fait classique. En effet, cette méthode supprime bon nombre d’inconvénients. Pouvoir commander depuis la maison, pouvoir comparer les différents distributeurs d’un simple clic et gérer soi même la livraison de nos articles ne sont là que quelques exemples les plus communs. Les intermédiaires eux, ne changent pourtant pas, puisqu’aujourd’hui, les mêmes enseignes courantes possèdent également leurs propres plateformes d’E-Commerce, permettant de faire ses courses et de passer simplement avec sa voiture pour récupérer son dû.

C’est donc avant tout une affaire de confort qui motive l’acheteur potentiel qui surfe sur le web. Et cela s’explique de manière très simple : le gain de temps ! L’emploi est en crise, comme beaucoup d’autres secteurs, et force est d’admettre que jongler entre vie professionnelle et privée prend déjà énormément de temps. Pouvoir confier certaines tâches à d’autres, comme les achats en ligne, s’inscrit dans une démarche de gagner du temps afin de mieux se concentrer sur ce qui nous paraît essentiel. l’explosion du E-Commerce en France (et dans le monde) se dénote donc de ces deux critères principaux : le confort et le gain de temps !

Gagner du temps pour mieux attendre !

waitingman.fr

Pourtant, gagner de précieuses heures ne fait pas tout, puisqu’une nouvelle habitude chez les consommateurs, qui s’est développé tout aussi vite, tend à redistribuer ce gain en objectif de patience. En effet, chaque grain du sablier universel se voit revaloriser en… Temps d’attente ! Combien sommes-nous, alors, à patienter devant nos pages web, devant les suivis de colis et autres notifications de courses afin de voir, enfin, un message du transporteur signalant que notre commande nous attends sagement dans notre boîte aux lettres ?

Souvent, les commandes en ligne prennent généralement dans les 72 heures avant d’être livrées. Si ce délai peut se raccourcir comme s’allonger, la question se pose : n’aurait-on pas mieux fait d’aller acheter directement en magasin ? Courir le risque de prendre un bain de foule, de se temps sur une vingtaine de minutes et de rentrer, directement, avec l’objet convoité. Si le E-Commerce a bousculé bien des choses et facilité la vie de millions de personnes, il faut bien avouer que le consommateur s’est plus qu’approprié ce confort, qu’il ne veut désormais plus lâcher.

Ainsi, la plupart des ménages achètent des produits en ligne, même les plus accessibles, car ce sentiment de tout gérer depuis son foyer apporte ce sentiment de « gestion maîtrisée », qu’ils ne peuvent avoir en magasin. Est-ce que mon produit préféré sera encore disponible, ou sera-t-il en rupture ? Ai-je vraiment vingt minutes à perdre maintenant alors que je pourrai m’en occuper plus tard à la maison ?

Toutes ces questions répondent à une immédiateté propre à la société d’aujourd’hui : « je suis immédiat ».

De plus, il a été démontré que la plupart des « gros » achats en ligne résultaient souvent d’une impulsion sur le moment. Chose qu’il est difficile de reproduire en magasin par simple soucis logistique (le transport, le passage en caisse, le paiement ou non en plusieurs fois). Le E-Commerce a donc ce défaut d’inciter à l’achat, en comparaison aux commerces locaux qui ne peuvent proposer plus que ce qu’ils n’ont.

En conclusion, ce comparatif entre le commerce réel et celui en ligne permet de mieux comprendre les attentes des consommateurs. Cependant, il ne fait pas croire en la mort de la localité. En effet, nombreux sont celles et ceux prenant conscience, avec les années, des avantages et inconvénients des deux modèles et revendiquant leurs choix. S’il est effectivement plus simple de commander ses achats en ligne par impulsion, le délai d’attente qui en découle ne nous rends pas forcément gagnants. De plus, « l’humain » revenant de plus en plus au cœur de ce processus aurait même tendance à redonner un coup de fouet à ce que l’on nomme les petits commerces. Il faut prendre en compte que c’est avant-tout une question de facilité : nous avons deux solutions pour un même problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *